Vidéo : Évaluer la condition physique de votre cheval – Pet Yolo

eventing horse respiration 800

Ne vous fiez pas aux souffles et aux bouffées comme une mesure précise de la condition physique. Trop de cavaliers évaluent les adaptations de leur cheval à l’exercice en fonction du fait qu’il respire fortement ou non lorsqu’il est monté, et malheureusement ce n’est pas un évaluateur adéquat. Bien que la respiration soit en fait l’un des nombreux marqueurs de la condition physique, elle n’est en aucun cas le seul déterminant du niveau de conditionnement d’un cheval.

Physiologiquement, le rôle premier de la respiration est d’évacuer la chaleur. Un cheval souffle et souffle pour se rafraîchir, pas nécessairement parce qu’il n’est pas en forme. D’autres facteurs contribuant à l’accumulation de chaleur et donc à des taux de respiration plus élevés comprennent la température de l’air, l’exposition directe au soleil, l’humidité, un pelage épais, un excès de poids et un état émotionnel. Surtout pour les disciplines d’arène, il est tout à fait possible pour un cheval inapte de s’entraîner modérément sans respirer fortement, ou pour un cheval relativement en forme d’augmenter sa respiration lors d’un effort soutenu, compte tenu de la contribution de ces autres facteurs et de son besoin d’évacuer la chaleur.

L’estimation de la forme physique basée sur les fréquences respiratoires ne fournit qu’une vague estimation. Un moyen plus précis de déterminer le conditionnement réel consiste à utiliser un test de condition physique standardisé effectué dans les mêmes conditions à intervalles réguliers d’un mois. En plus de la respiration, vous mesurerez la fréquence cardiaque, la coordination, la vigilance mentale et les vitesses de récupération. Ensemble, ceux-ci offrent un état plus complet de l’état du cheval.

N’oubliez pas que, s’il est tentant de donner la priorité aux efforts respiratoires lors de la mesure de la condition physique, cela peut conduire à des évaluations inexactes. Il convient également de noter que les chevaux s’adaptent rapidement au système cardiovasculaire lorsqu’ils sont placés dans un programme d’exercices. Leurs systèmes cardiovasculaires montrent des gains mesurables aussi rapidement que dix jours après le début de l’entraînement, alors que leurs os, leurs tissus mous et leur fonction musculaire nécessitent jusqu’à six mois pour apporter des améliorations similaires. C’est une raison de plus de ne pas se fier uniquement aux rythmes respiratoires pour avoir une image complète de la santé. Les taux de respiration ne sont qu’un petit élément d’une équation beaucoup plus vaste en ce qui concerne les chronologies de remise en forme.

Continuer la lecture:  7 articles pour un meilleur entretien de la ferme - Pet Yolo

Vous avez aimé cet article ? En voici d’autres que vous apprécierez :
Vidéo : Variez les surfaces de conduite
Vidéo : Apprenez à aimer le galop
Vidéo : Ressentez le développement musculaire de votre cheval

JEC ARISTOTE BALLOU est l’auteur de 101 Exercices de Dressage pour Cheval & Cavalier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *