Le sens de l’humour d’un cheval – Cheval illustré

biting horse 800 1

Les chevaux affichent des comportements ludiques avec les autres chevaux. Pour la sécurité des manipulateurs humains, il est important de s’assurer que ces comportements ne se produisent pas lors des interactions cheval/humain.

L’entraîneur Jill Girardi-Thomas est convaincu que son hongre arabe a le sens de l’humour.

« On le met dans les traverses pour le pansage, et il va renverser tous les pinceaux pour qu’on soit obligé de les ramasser », se souvient Girarti-Thomas. « Nous remettons tous les pinceaux en place, et il recommencera juste pour obtenir une réaction que je jure qu’il trouve hilarante. »

En ce qui concerne les pitreries animales, chaque propriétaire de cheval a au moins une histoire à raconter. Et bien que les gens aient tendance à trop humaniser les actions de leur cheval, les experts en comportement équin disent que les chevaux présentent souvent des actions que les humains qualifient de drôles. Les chevaux adoptent naturellement certains de ces comportements. D’autres, ils apprennent en interagissant avec leurs maîtres humains. Quoi qu’il en soit, les propriétaires doivent se rappeler que la façon dont ils réagissent aux jinks aigus de leur cheval n’est pas une question de rire.

Selon le Dr Sarah Ralston, VMD, PhD, DACVN, professeur et boursière Fullbright au département des sciences animales de l’Université Rutgers, les chevaux affichent des comportements dits « ludiques » entre eux toute leur vie. Les jeunes mâles s’ébrouent, se mordillent et se pincent les oreilles, se livrent à des simulations de combats et « jouent à taguer » pour pratiquer les compétences sociales et physiques dont ils auraient besoin pour accéder aux juments du troupeau et pour survivre en général dans la nature. Pendant ce temps, les juments affichent leurs instincts sauvages en courant pour inciter à de fausses bousculades et repousser des prédateurs imaginaires sur leur dos.

« D’après mon expérience, les hongres ont tendance à être » plus drôles « et les juments ont tendance à être plus » professionnelles «  », déclare Ralston.

Continuer la lecture:  Le mâle s'arrête ici - Cheval illustré

Lorsque les chevaux interagissent avec les humains, ils exigent de l’attention en mordillant les maîtres-chiens, en tapotant le sol ou en donnant des coups de pied aux murs des stalles, dit Ralston. Les propriétaires renforcent souvent ces comportements avec des friandises et d’autres récompenses alimentaires. Mais lorsque quelqu’un ne répond pas assez rapidement ou d’une manière à laquelle le cheval s’attend, le même comportement peut devenir problématique ou même dangereux, prévient Ralston.

« Il y a vraiment une ligne fine qui est souvent difficile à discerner entre une action mignonne ou amusante qui nous fait juste rire et la création d’un monstre en récompensant le même comportement », déclare Ralston.

C’est pourquoi il est essentiel que les propriétaires décident quels comportements équins ils sont prêts à tolérer et lesquels ils ne permettront absolument pas, explique l’entraîneur Clarissa Cupolo.

Voici comment elle leur conseille de le faire :

  • Commencer de bonne heure

    En règle générale, les propriétaires ont tendance à être plus tolérants envers une gamme de comportements lorsque leurs chevaux sont jeunes. Mais certaines de ces actions passent rapidement de mignonnes à dangereuses.

    « Certains propriétaires traitent leurs jeunes chevaux de la même manière qu’ils traitent le chien de la famille : ils courent avec eux, les poursuivent, voire luttent avec eux », explique Cupolo. « Mais il n’y a rien de mignon dans ce comportement lorsque le cheval est assez grand pour vous pousser. »

  • Passer à autre chose

    Lorsque Ringo veut attirer l’attention de son propriétaire, il remue doucement ses lèvres sur son épaule. Si elle ne parvient pas à concentrer son attention entièrement sur lui, le hongre prend une morsure.

    « Et ce n’est pas mignon du tout », dit Cupolo. « Donc, le remède est que le propriétaire surmonte la gentillesse et montre à Ringo que pincer n’est pas le moyen d’attirer l’attention. »

  • Portez votre visage de jeu

    Au sein du troupeau, les chevaux comptent généralement sur le langage corporel pour décourager les comportements inacceptables et se contrôler les uns les autres. Cupolo conseille aux propriétaires de faire de même.

    « Par exemple, si vous avez un cheval qui veut prendre des gants, des peignes ou des récoltes dans votre poche arrière, vous voulez qu’il sache que le comportement n’est pas mignon ou acceptable », explique Cupolo. « Faites le point en lui lançant un regard sévère et en vous faisant paraître aussi grand que possible. »

    Si un regard menaçant ne suffit pas, Cupolo suggère d’attacher un petit sac en plastique autour de l’extrémité d’un long fouet de dressage et de renoncer devant le cheval.

    « Le but est de lui faire peur, pas de lui infliger de la douleur », dit-elle.

  • Être cohérent

    Quoi qu’un propriétaire fasse pour décourager les comportements équins indésirables ou espiègles, Cupolo leur rappelle d’être cohérents.

    « Vous ne pouvez pas penser qu’un certain comportement est mignon ou humoristique et inapproprié le suivant », dit-elle. « Si vous le faites, le cheval en profitera.

  • Être patient

    Comme leurs homologues humains, les chevaux ne sont pas susceptibles de changer leur comportement du jour au lendemain. Les propriétaires peuvent augmenter les chances en consacrant une journée à travailler sur les problèmes de comportement et rien d’autre.

    « Donnez-vous, à vous et à votre cheval, le temps de vous concentrer », dit Cupolo.

  • Ne vous découragez pas

    « Les chevaux sont très intelligents et chaque cheval va vous tester de temps en temps », déclare Cupolo. « Les chevaux agressifs ont tendance à tester leurs propriétaires, les moins agressifs peuvent avoir besoin d’être rappelés une seule fois. »

  • Va chercher de l’aide si tu en as besoin

    Les propriétaires qui ne sont pas sûrs de l’efficacité de leurs méthodes doivent se tourner vers un entraîneur pour obtenir de l’aide. Assurez-vous simplement de choisir un entraîneur qui a fait ses preuves dans la résolution humaine des problèmes de comportement équin.

    « Un entraîneur peut être fabuleux pour travailler avec un cavalier, mais pas aussi efficace pour travailler exclusivement avec le cheval », déclare Cupolo. « Assurez-vous d’avoir un entraîneur qui a de l’expérience avec le cheval. »

Continuer la lecture:  Ce que vous devez savoir sur le contrat d'un éleveur de chats

Author

  • Pet Yolo

    Nous vous apportons les dernières nouvelles et des conseils sur les soins à apporter à vos animaux de compagnie, y compris des conseils sur la façon de les garder en bonne santé et heureux.

    Voir toutes les publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *