Comprendre le comportement de chasse et de prédation chez les chiens

dating with dogs large 1

Chasse canine et comportement prédateur

Nous pouvons penser que le comportement prédateur est quelque chose dont les anciens parents des chiens avaient besoin pour survivre et que maintenant c’est redondant et presque oublié. Mais ce n’est pas vrai. Tous les chiens domestiques possèdent une pulsion de proie innée et des habiletés sensorielles et motrices associées pour agir sur cette motivation.

Mais l’activation de la pulsion de proie est plus compliquée qu’un chien voyant quelque chose qu’il considère comme une proie et le pourchassant ensuite. Vous trouverez ci-dessous une liste de facteurs qui se combinent pour former le point final comportemental qui est un comportement prédateur pleinement opérationnel :

  • Tendance de race. Certaines races sont plus motivées que d’autres pour chasser des proies
  • Expérience. Le succès est une récompense puissante et insufflera des souvenirs durables.
  • Opportunité. La liberté d’agir et un environnement contenant des proies.
  • Motivation. Cet aspect du traitement interne qui propulse un animal dans l’action.
  • Facilitation sociale. La présence ou l’absence d’autres membres de la meute.

Les deux phases de la chasse au chien

  • La phase appétitive, classiquement alimentée par le besoin de manger. La faim incite les chiens à rechercher, trouver et attraper des proies. En cherchant des proies, les chiens utilisent à peu près tous les sens qu’ils possèdent. Travaillant de mémoire, et à l’aide de cartes mentales, ils parcourent systématiquement leur territoire à la recherche de pistes. L’olfaction (odorat) est extrêmement importante à ce stade de la chasse et les chiens sont remarquablement équipés à cet égard, ayant un odorat environ 100 fois plus sensible que le nôtre. La vision devient le sens principal une fois que la proie est aperçue et que le mouvement de la proie déclenche une chasse bien stratégique et bien chorégraphiée. Le mode précis du coup de grâce final dépend de la taille de la meute et de la proie elle-même.
  • La phase de consommation consommatoire. Cela implique de manger, ou plutôt de dévorer, de la mise à mort. La dominance et le rang au sein de la meute déterminent quel chien a la priorité à la fête.

    Les chiens domestiques sont difficiles à étudier en ce qui concerne leur dynamique prédatrice car ils habitent dans les maisons de leurs propriétaires dans une situation non naturelle. La prédation n’est pas nécessaire à leur survie. Nous pouvons voir un berger allemand chasser un écureuil dans un arbre ou un colley chasser un mouton, mais de telles observations ne donnent qu’un aperçu de l’image complète de leur capacité prédatrice. En raison de ces limitations, la plupart de ce que nous supposons être vrai des chiens domestiques provient de l’étude des loups ou des chiens sauvages, chez lesquels la chasse est toujours le mode de vie.

    Il semble que les chiens chassent normalement, mais pas toujours, en meute. Les grandes proies nécessitent une approche coopérative, tandis que les petites proies peuvent être traitées au moyen d’une approche individuelle. Les groupes de chasse comprennent généralement six à dix membres de la meute des deux sexes et d’un âge suffisamment mûr.

    Les mères allaitantes et/ou les gardiennes de substitution pour les chiots sont laissées pour compte. Errant sur une vaste zone de territoire et suivant les odeurs, un membre de la meute finit par repérer une piste et les autres la suivent vers la cible. En apercevant la proie, la meute tente normalement d’encercler et de couper la proie tout en la pourchassant. L’endurance et l’acharnement, par opposition à la vitesse, sont les principales armes des chiens lors d’une telle poursuite. Quelle que soit la direction prise par la proie, un chien est là pour bloquer sa fuite, rediriger sa course ou commencer l’attaque.

    Une stratégie d’attache implique que plusieurs chiens s’attachent à l’avant de la bête tandis que d’autres l’éventrent par derrière. Pour les petits animaux, le cou de la proie est l’objectif principal. Les chiens sauvages ralentissent parfois leur proie en la coupant les ischio-jambiers (mordant le tendon d’Achille) alors que les loups n’utilisent généralement pas ce mode d’attaque. Le fonctionnement des chiens domestiques n’est pas clair, mais si l’on se fie aux attaques de rue, les chiens sont aussi des ischio-jambiers.

    Après avoir attrapé et tué la proie, les vainqueurs se gavent. Parce que de nombreuses poursuites sont infructueuses et que les suites ne peuvent jamais être sûres de la date du prochain repas, elles s’assurent d’être rassasiées. Certains chiens quittent les lieux avec un estomac engorgé afin qu’ils puissent régurgiter de la nourriture pour les membres absents de la meute lorsqu’ils reviennent dans la tanière.

    La situation intérieure

    Les chiens domestiques, dans leur ensemble, sont moins bien équipés pour la chasse que leurs cousins ​​sauvages qui dépendent de leur capacité à se débrouiller et à se nourrir.

    Cela dit, l’instinct prédateur a été préservé dans une certaine mesure chez tous les chiens et a été cultivé et affiné dans certaines races. Le comportement de travail des races sportives est basé presque entièrement sur des instincts prédateurs personnalisés. Par exemple, les pointeurs reniflent et pointent vers le gibier, les récupérateurs trouvent et récupèrent des proies abattues ou blessées avec leur «bouche douce», et les épagneuls localisent puis sautent, ou sautent, pour débusquer la proie.

    Les races les plus connues pour avoir un grand nombre de proies sont contenues dans le groupe d’élevage. Le comportement de troupeau fournit le meilleur exemple du comportement prédateur au travail chez les chiens domestiques modernes. De la tige à l’accroupissement, du fluage à la course et au pincement, les chiens de berger ont presque tout, sauf la phase finale de consommation, qui a été douloureusement éliminée de leur répertoire prédateur pendant des siècles. Bien qu’activement supprimée, cette phase finale de la séquence prédatrice est encore génétiquement codée dans les différents membres de ces races et réapparaît de temps à autre.

    Comportement prédateur d’un chien à la maison ou dans la rue

    Les propriétaires de chiens de compagnie qui veulent simplement un ami de la famille peuvent ne pas se soucier de tout ce discours sur le comportement prédateur, car leur chien n’aura pas à chasser ou à tuer pour sa nourriture et ils n’ont aucune envie que leur chien garde des moutons ou récupère du gibier. Néanmoins, les comportements prédateurs sont toujours présents chez leurs chiens, dans une plus ou moins grande mesure. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de comportements prédateurs des chiens au travail dans le cadre domestique.

  • Poursuivre les voitures, les cyclistes, les skateurs
  • Poursuivre des enfants qui courent seuls ou en groupe
  • Secouer (pour « tuer ») une peluche ou une pantoufle
  • Agression de groupe – lorsque deux à cinq chiens d’une «meute» rencontrent un fac-similé de proie en mouvement
  • Attaques rares sur des nouveau-nés humains trop facilement accessibles, sans surveillance et agités
  • Chasse aux balles de tennis et aux frisbees
  • Mordre ou pincer les personnes dans les talons/mollets/cuisses pendant qu’elles courent ou s’éloignent
  • Terriers creusant dans la cour arrière
  • Les récupérateurs « rassemblent » des chaussures ou d’autres objets dans une zone
  • Des border collies rassemblent des gens pour les empêcher de quitter un groupe
  • Chiens qui aboient dans des véhicules ou qui aboient sur des voitures en cours de route

    Essayer d’entraîner le comportement prédateur d’un chien, c’est comme nager en amont. Vous pourriez faire des progrès si vous travaillez dur pendant un certain temps, mais vous reviendrez à la case départ dès que vous vous arrêterez. Il vaut mieux simplement reconnaître que le comportement prédateur fait partie de la nature génétique des chiens (comme c’est le nôtre), vivre avec, le canaliser de manière appropriée et prendre des mesures pour éviter les accidents malheureux. Alors que les retombées du comportement prédateur peuvent être divertissantes, sous la forme de poursuites au ballon, ou amusantes, lorsque les ambitions prédatrices des chiens jouets dépassent leurs capacités, elles sont loin d’être divertissantes ou amusantes chez les grands chiens lorsqu’elles sont dirigées vers les humains. La morale de cette histoire est connais ton chienreconnaître le comportement prédateur pour ce qu’il est et prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir les accidents malheureux.

Continuer la lecture:  Heartworms chez les chiens: comment puis-je les protéger?

Author

  • Pet Yolo

    Nous vous apportons les dernières nouvelles et des conseils sur les soins à apporter à vos animaux de compagnie, y compris des conseils sur la façon de les garder en bonne santé et heureux.

    Voir toutes les publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *