Commencez l’entraînement printanier de votre cheval – Pet Yolo

gallop on hill 800

Dans la nature, une bande de chevaux parcourt chaque jour de longues distances à la recherche de fourrage et d’eau. Il n’est pas rare que des troupeaux de chevaux sauvages parcourent 10 à 20 miles par jour. Mais que se passe-t-il lorsque nous sortons nos chevaux normalement sédentaires et domestiqués d’un petit pâturage ou d’un enclos et essayons de les mettre au travail dans des sports athlétiques ? La situation devient plus complexe. D’une part, on demande généralement à un cheval dans des activités sportives de se déplacer à un rythme plus rapide et plus constant que ce qu’il pourrait choisir compte tenu de ses propres options, et il doit porter votre poids sur son dos pendant ces efforts.

Pour rendre le voyage aussi sûr que possible pour votre cheval, vous voudrez vous engager dans un programme de conditionnement. L’objectif du conditionnement est de développer les bases structurelles et métaboliques du cheval pour résister au stress de l’exercice avec un minimum de blessures. Un cheval amené trop vite est voué à l’échec structurel. Un cheval athlétique ne se contente pas de sortir du pâturage prêt à concourir. Vous devez définir vos objectifs personnels, puis planifier une stratégie de conditionnement qui tient compte du point de départ de votre cheval et des exigences de la discipline équine souhaitée. Prendre le temps de construire une fondation structurelle rapportera des dividendes dans les performances futures de votre cheval.

Réponse de différents systèmes d’organes

Un jeune cheval qui entame sa première saison sportive répond bien à un programme de conditionnement approprié, car ses tissus continuent de croître et de se développer. Si vous convertissez un cheval d’un autre sport à l’activité que vous souhaitez, alors vous commencez avec un avantage : son corps athlétique a déjà été préparé pour répondre au processus de conditionnement. Les compétences et les exigences d’un nouveau sport peuvent être différentes, mais les composants métaboliques et physiques du cheval ont été « programmés » dans une certaine mesure. D’un autre côté, un cheval mature qui n’a pas participé à des activités sportives intenses au cours de sa vie peut ne jamais développer pleinement son potentiel génétique. Ces tissus peuvent avoir perdu une certaine capacité inhérente à répondre au conditionnement, et la stratégie utilisée sera similaire à celle appliquée à un jeune cheval auparavant non sportif. Cependant, vous pouvez vous attendre à ce que le processus prenne plus de temps pour un cheval inactif que pour un cheval jeune ou déjà au travail.

Lorsque vous considérez le rythme et les progrès du programme de conditionnement physique de votre cheval, gardez à l’esprit que les tissus les plus irrigués réagissent le plus rapidement au conditionnement. La peau, les muscles, les poumons et le cœur possèdent un excellent apport sanguin, répondant à l’entraînement cardiovasculaire dans les trois à six mois. Les systèmes enzymatiques et la circulation sanguine s’améliorent rapidement dans les muscles, tandis que les capillaires cutanés se développent pour aider au refroidissement du corps.

Les tissus de soutien comme les ligaments, les tendons et les capsules articulaires sont relativement peu alimentés en sang, la préparation de ces tissus nécessite donc au moins six à 12 mois. Si vous demandez trop de travail ou de vitesse à votre cheval sur des tissus de soutien sous-développés, vous pouvez voir des signes de stress excessif, comme un remplissage le long des tendons, un gonflement des gaines tendineuses ou des articulations, et éventuellement une boiterie.

L’os nécessite la plus longue période de temps pour se développer jusqu’à sa pleine densité et sa force. Vous devez vous attendre à ce que le conditionnement des os prenne un à deux ans. Pour développer pleinement un jeune cheval ou un cheval inactif et mature, il vous faudra peut-être jusqu’à trois ans avant de vous attendre à ce qu’il soit extrêmement compétitif dans des épreuves rigoureuses. Cependant, un cheval athlétique déjà bien développé peut être conditionné en toute sécurité pour n’importe quelle compétition dans les trois à six mois en supposant que le cheval n’a subi aucune blessure antérieure.

Continuer la lecture:  Pourquoi le Nez de Mon Chien Est-il Croûteux et Change-t-il de Couleur? - Pet Yolo

Démarrer un programme de conditionnement

Avant de commencer un programme d’exercices, vous devrez vous occuper des besoins d’entretien de base, en affinant si nécessaire. Assurez-vous que les sabots de votre cheval reçoivent des garnitures équilibrées et sont correctement ferrés. Discutez des besoins alimentaires, du contrôle systématique des parasites et des mesures de vaccination avec votre vétérinaire. Demandez à votre vétérinaire de répondre aux besoins dentaires, comme flotter. Si des dents de loup sont présentes sur un jeune cheval, faites-les arracher. Vérifiez l’ajustement de votre selle pour vous assurer que la selle ne créera pas de maux de dos. Vous obtiendrez les meilleures performances de votre cheval s’il est en bonne santé, s’il se sent à l’aise et s’il dispose de ressources énergétiques dans lesquelles puiser.

Lorsque vous planifiez votre stratégie d’équitation, votre objectif est de développer une base solide sur votre cheval. Comme les blocs de construction, chaque système d’organes doit être préparé avant d’ajouter la prochaine couche de stress. Le moyen le plus sûr de minimiser les blessures musculo-squelettiques est de laisser le temps être l’ingrédient principal de votre recette de conditionnement.

La base d’un programme de conditionnement pour un cheval de tout âge et pour toute discipline sportive est le travail sur longue distance lente (LSD). L’objectif de cette phase de conditionnement est de solliciter lentement les tissus cardiovasculaires et structurels tout en renforçant la capacité de votre cheval à tolérer l’exercice aérobique. Cela signifie que vous travaillerez votre cheval à des vitesses de marche et de trot relativement lentes, ou au galop lent, pendant les premiers mois de votre programme.

Au départ, votre objectif est de maintenir le travail du LSD pendant environ une heure au moins tous les deux jours. Votre cheval doit être capable de parcourir 4 à 6 miles en cette heure, en marchant et en trottant sur un terrain relativement plat. Une fois que votre cheval est à l’aise à ce rythme, vous voudrez « stresser » davantage ses tissus pour améliorer son conditionnement. Augmentez soit la durée de l’entraînement, soit la vitesse, mais jamais les deux en même temps. La meilleure approche consiste à augmenter lentement la durée de chaque période d’entraînement tout en maintenant la même faible intensité d’exercice. « Lent » signifie ajouter 10 à 15 minutes supplémentaires tous les quatre ou cinq jours. Une fois que votre cheval accepte des promenades plus longues d’une durée de quelques heures et qu’il est toujours frais et impatient à la fin de la course, vous pouvez passer à l’étape suivante. Augmentez progressivement l’intensité du travail en demandant plus de trot, puis de galop, ou en ajoutant des côtes à la balade. Cela donne à son corps le temps de s’adapter à la nouvelle intensité avant de passer au niveau d’effort suivant. Continuez à surveiller ses jambes pour détecter des signes de stress, tels que le remplissage des tendons ou des gaines tendineuses, une boiterie, une augmentation des impulsions digitales ou des attelles. L’appétit et l’attitude de votre cheval doivent rester normaux pendant que vous lui demandez plus d’effort.

Cette recommandation peut sembler douloureusement lente pour certains, mais en suivant ce programme, vous gagnerez une certaine confiance dans le processus. Au fur et à mesure que vous développez systématiquement votre cheval pour qu’il accepte plus d’exigences sur son corps, son énergie et son enthousiasme accrus dans son travail seront une grande récompense pour vos efforts.

L’entraînement en force

Le système cardiovasculaire de votre cheval améliore ses systèmes d’apport d’oxygène pendant l’entraînement préliminaire au LSD (environ les trois premiers mois). Au fur et à mesure que le tonus musculaire s’améliore, vous apprécierez la satisfaction de voir la définition musculaire apparaître. Une fois cette base en place, vous commencez alors à renforcer diligemment les muscles et les tissus de soutien de votre cheval. Un entraînement régulier au cours des six à douze prochains mois devrait doubler la force musculaire de votre cheval. Chez les athlètes humains, l’entraînement en force réduit le risque de blessures musculo-squelettiques de plus de 50 % et constitue un élément important dans la promotion de la longévité sportive.

L’entraînement au LSD initie le développement de l’endurance musculaire de votre cheval (la capacité à soutenir le travail pendant des périodes prolongées), mais pour améliorer la force musculaire, vous devez augmenter l’intensité des entraînements ou le nombre de répétitions d’un exercice particulier. Incorporez des montées plus raides ou accélérez la vitesse de votre cheval jusqu’à une ascension modérée; les grilles de gymnastique, les grilles de cavelletti ou des exercices de dressage ou d’équitation plus avancés sont également des méthodes fiables pour augmenter l’intensité de l’exercice tout en améliorant la force musculaire. Le travail en côte pour les chevaux est similaire à ce que les humains accomplissent lorsqu’ils effectuent des exercices d’haltérophilie. Les muscles doivent pousser contre une plus grande résistance lorsque votre cheval déplace sa masse vers le haut d’une colline avec le poids combiné de vous et de votre harnachement.

Incluez des exercices de musculation deux à trois fois par semaine ou tous les deux jours. N’oubliez pas qu’au fur et à mesure que votre cheval développe sa force musculaire, son état cardiovasculaire continue de s’améliorer.

Jeu de vitesse et entraînement par intervalles

Environ quatre à cinq mois après le début de votre programme, votre cheval devrait avoir une base solide de travail au LSD et de préparation à l’entraînement en force. Vous pouvez maintenant commencer à demander un travail plus rapide. Ces moments de jeu de vitesse sont excitants pour votre cheval, et différents groupes musculaires sont sollicités. Mais pendant cette phase d’entraînement, évitez le surmenage pour éviter une usure inutile des tissus musculo-squelettiques.

Après au moins cinq ou six mois de conditionnement au LSD, ou après une solide première saison d’entraînement et/ou de compétition, vous pouvez introduire un entraînement par intervalles pour apprendre aux tissus de votre cheval à tolérer de plus longues périodes d’exercice anaérobie. Ceci est facilement accompli avec des galops plats, ou au trot et au galop en montée. Introduisez le travail de vitesse pendant deux à trois minutes puis ramenez rapidement votre cheval au travail au LSD pour permettre la récupération des tissus. Avant de demander le prochain intervalle de vitesse, gardez à l’esprit que le travail LSD doit être trois à quatre fois plus long que vos intervalles de vitesse. Pendant le travail au LSD, la chaleur et l’acide lactique sont évacués des muscles et l’oxygène est recirculé vers les cellules musculaires ; les intervalles de travail intenses mettent les cellules musculaires au défi de s’adapter à un environnement pauvre en oxygène.

Mesure de la condition physique

N’oubliez pas que le système cardiovasculaire est le premier système d’organes à réagir au stress de l’exercice, mais n’oubliez pas que les tendons, les ligaments, les articulations, les sabots et les os doivent être tout aussi durables. Si vous appuyez trop vite et demandez trop, votre cheval peut souffrir d’un problème de santé ou développer un accident métabolique.

À la fin de votre première saison de conditionnement, votre cheval devrait être capable de parcourir environ 8 à 10 milles en une heure (trot de travail) sur un terrain assez plat trois ou quatre jours par semaine. Résistez à l’impulsion de rouler tous les jours ou pendant trop de kilomètres lors d’une séance d’entraînement, même si votre cheval se sent bien pendant qu’il travaille. Il a besoin de temps pour se reposer et guérir du travail de la veille.

Au fur et à mesure que votre cheval devient de plus en plus en forme au fil du temps, il sera capable de maintenir des périodes de plus en plus longues de trot, de galop et de galop prolongés, et ressentira une fatigue minimale en sautant des sauts plus hauts ou en escaladant des collines plus escarpées, ou en exécutant des dressages plus exigeants, reining ou mouvements de coupe. Pour ceux d’entre vous qui sont eux-mêmes des mordus de fitness, vous comprenez combien plus facilement vous pouvez exécuter un effort après six mois d’entraînement par rapport à la brûlure musculaire que vous avez ressentie au début de votre programme d’exercices. Il en va de même pour votre cheval. C’est un processus gratifiant de voir l’état de votre cheval se développer et de voir son physique devenir élégant et en forme au fil des mois.

Vous avez aimé cet article ? En voici d’autres sur le conditionnement de votre cheval.
Conditionnement des chevaux avec travail en côte
Conditionnement sûr des chevaux

Nancy S. Loving, DVM, est une vétérinaire équestre de performance à Boulder, Colorado.

Cet article a été initialement publié dans le numéro de mai 2008 du magazine Pet Yolo.

Author

  • Pet Yolo

    Nous vous apportons les dernières nouvelles et des conseils sur les soins à apporter à vos animaux de compagnie, y compris des conseils sur la façon de les garder en bonne santé et heureux.

    Voir toutes les publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *