Les poissons ont-ils une langue ? Vérité surprenante derrière les langues de poisson

fish tongue.webp

Les poissons sont parmi les créatures les plus anciennes de la Terre. Malgré cela, il y a toujours quelque chose de nouveau et d’excitant à apprendre à leur sujet. Les poissons sont tout aussi divers et pleins de mystères.

Une question que les gens posent souvent est : « Les poissons ont-ils des langues ? Eh bien, c’est compliqué. Il n’y a pas de réponse claire oui ou non. Les poissons sont anatomiquement différents des autres animaux; après tout, ils peuvent respirer sous l’eau !

Parfois, cependant, ils présentent des similitudes avec d’autres animaux, mais même dans ce cas, ces similitudes ne sont que superficielles.

Vous verrez ce que je veux dire. Donc, si vous êtes curieux d’en savoir plus sur l’anatomie de la bouche du poisson, les «langues» du poisson et leur fonctionnement, continuez à lire. Je couvrirai tout en détail. Commençons par les bases…

Vue d’ensemble de l’anatomie de la bouche du poisson

Eh bien, les choses évidentes d’abord – les poissons ont une bouche et leur fonction est de se nourrir. Jusqu’ici, tout va bien. Mais c’est là que ça se complique. Il n’y a pas un seul type de bouche de poisson, et tous les poissons n’ont pas la même anatomie de la bouche interne.

La taille, la forme, les dents et la langue de la bouche d’un poisson varient considérablement en fonction de l’espèce de poisson et de son style d’alimentation.

Jetons un coup d’œil aux différents types de bouches de poisson et à leurs caractéristiques anatomiques. Nous allons commencer par l’extérieur et nous frayer un chemin vers l’intérieur.

Bouche externe de poisson

La bouche externe comprend les lèvres du poisson (et parfois les dents et les papilles gustatives). Vous pouvez mieux observer la bouche externe lorsque vous regardez un poisson de côté. La bouche peut reposer haut ou bas sur le visage du poisson.

fish mouth anatomy

Nous pouvons diviser les bouches de poisson en plusieurs catégories, selon l’orientation de la bouche :

Bouches terminales

C’est le type de bouche le plus courant chez les poissons. Vous le verrez chez des espèces comme les tétras, les gouramis, les requins d’eau douce et les barbes. Une bouche terminale se trouve au milieu du visage. Il pointe droit devant et les lèvres sont généralement alignées avec les yeux.

Les bouches terminales sont parfaitement centrées, à égale distance entre le haut et le bas de la tête.

Ainsi, les mâchoires supérieure et inférieure sont symétriques. Et voici quelque chose de cool… les poissons avec leur bouche au milieu se nourrissent aussi généralement au milieu de la colonne d’eau !

Ce type de bouche est le plus polyvalent. Son positionnement, la taille de sa mâchoire et sa symétrie permettent à ces poissons d’ouvrir grand la bouche et même de pousser leur mâchoire vers l’avant.

Les poissons à bouche terminale sont presque toujours omnivores et se nourrissent d’autres poissons.

Bouches supérieures

Les bouches supérieures pointent vers le haut. Le bout de la bouche peut être aligné avec les yeux ou légèrement plus haut. En tout cas, ce type de bouche est très facile à distinguer, grâce à sa position renversée. Vous pouvez voir ce type de bouche chez les hachettes, les danios et les archers.

Dans les bouches supérieures, la mâchoire inférieure est plus longue que la mâchoire supérieure. Ce type de bouche est moins flexible et fonctionne généralement plus comme une pelle à poussière ou une pelle. Ces poissons frappent par le bas, balayant la proie dans leur bouche.

Les poissons avec une bouche supérieure sont des prédateurs embusqués qui comptent sur leur élan pour attraper leur proie. Ce sont aussi généralement des nageurs de haut niveau.

Ils pourraient même se nourrir à la surface, où ils se nourrissent d’insectes et d’autres poissons sans méfiance. Les poissons à bouche supérieure peuvent être carnivores ou omnivores.

Bouches inférieures

Ces bouches sont tournées vers le bas. Le bout de la bouche se trouve sous le niveau des yeux et la mâchoire supérieure est plus longue que la mâchoire inférieure. Comme vous l’avez peut-être remarqué, la position de la bouche nous renseigne sur le régime alimentaire d’un poisson et sa position dans la colonne d’eau.

Continuer la lecture:  Escargot nérite - Profil d'espèce et faits

Une bouche tournée vers le bas signifie que les poissons nagent et se nourrissent généralement au fond. Leur régime alimentaire peut être omnivore ou herbivore. Les poissons à bouche inférieure se nourrissent généralement de détritus, d’algues et d’invertébrés comme les escargots et les crevettes.

Parfois, les bouches inférieures sont très flexibles. Les ventouses, par exemple, sont tournées vers le bas mais également protrusibles.

Ce sous-type de bouche tournée vers le bas est le plus courant chez les herbivores vivant au fond. Des exemples de poissons à la bouche tournée vers le bas comprennent les loches, les Corydoras et les poissons géophages.

Bouche intérieure de poisson

À première vue, la plupart des espèces de poissons ont une bouche simple, semblable à celle des autres animaux. La bouche du poisson a un toit et un plancher et comprend généralement des organes comme des dents et une « langue » (plus sur cela plus tard).

Mais bien sûr, ce n’est pas si simple. Tous les poissons n’ont pas les mêmes organes buccaux internes, et les organes comme les dents diffèrent considérablement par leur forme, leur fonction et leur emplacement d’une espèce à l’autre.

Approfondissons cela.

fish teeth

Dents de poisson

Tous les poissons ont des dents, mais leur emplacement varie. Les dents peuvent reposer sur les lèvres, les mâchoires supérieure et inférieure, la langue, le toit de la bouche ou à l’intérieur de la gorge du poisson (également appelées dents pharyngées).

Comme les formes de la bouche, les dents des poissons peuvent différer considérablement d’une espèce à l’autre et reflètent souvent les habitudes alimentaires des poissons. Par forme, on peut classer les dents en quatre catégories principales :

Dents coniques

Dents effilées, pointues et acérées. De telles dents sont adaptées pour s’accrocher aux proies et déchiqueter la chair. Celles-ci sont parmi les plus courantes et sont généralement présentes chez les poissons carnivores mais aussi omnivores.

Les dents coniques grandes et pointues sont appelées « canines ». Les canines sont présentes chez les carnivores infâmes comme les piranhas et les requins.

Les dents coniques qui sont minces, longues et regroupées en rangées indistinctes sont appelées dents villiformes. Ceux-ci sont généralement présents chez les poissons d’eau profonde mais aussi chez les poissons qui nagent plus près de la surface, comme le garpike.

Les dents coniques courtes et minces disposées en plusieurs rangées distinctes sont appelées dents cardiformes. Le poisson-chat a des dents cardiformes sur le toit de sa bouche.

Incisives

Les incisives sont des dents aplaties, généralement en forme de ciseau. Ces dents ne sont pas tranchantes comme les canines mais remplissent un objectif similaire. Les incisives sont bonnes pour couper la nourriture et peuvent infliger des dégâts aux proies. Ils sont presque invariablement observés chez les poissons omnivores.

Parfois, les incisives des poissons peuvent ressembler de façon troublante aux dents humaines. C’est le cas des poissons sauvages comme le mouton ou certains balistes. Heureusement, les poissons d’aquarium n’entrent pas dans cette catégorie.

Molaires

Les molaires sont larges, émoussées et généralement courtes. Ils sont utilisés pour écraser les aliments. Si un poisson a des dents pharyngées, ce sont le plus souvent des molaires.

Les poissons de fond qui se nourrissent d’invertébrés à carapace dure comme les escargots et les mollusques ont également des molaires. Outre la gorge, les molaires sont également généralement présentes sur le toit de la bouche et parfois sur les lèvres.

De nombreux poissons d’aquarium qui semblent édentés ont généralement des molaires pharyngées. Ces poissons produisent un cliquetis lorsqu’ils utilisent ces dents pour écraser les aliments. Les poissons d’aquarium courants avec de telles dents comprennent les poissons rouges, les loches et certains cichlidés.

Plaques fusionnées

Continuer la lecture:  Pourquoi mon poisson-chat Cory nage-t-il à l'envers ?

Les plaques fusionnées sont exactement ce à quoi elles ressemblent. Ils ne ressemblent pas du tout à des dents, mais sont de longues portions de croissance dure et osseuse. Les plaques fusionnées sont émoussées et se produisent sur les mâchoires supérieure et inférieure, juste derrière les lèvres.

Ils peuvent former une bouche en forme de bec et leur fonction principale est d’écraser les organismes à carapace dure comme les mollusques ou les escargots. Le poisson perroquet d’eau salée est un exemple d’espèce sauvage à plaques fusionnées. Les animaux de compagnie d’aquarium communs comme le poisson-globe arborent également ces dents.

Langue de poisson

fish open mouth tongue

Le mot « langue » est un abus de langage, comme je l’expliquerai dans les sections suivantes. Mais puisque nous discutons de l’anatomie de la bouche interne, je vais en parler brièvement ici.

Les poissons, comme la plupart des animaux, ont un organe de base qui recouvre le plancher de la bouche. Lorsque vous regardez à l’intérieur de la bouche d’un poisson, vous verrez l’intérieur rose et charnu et un lambeau en forme de langue reposant derrière les dents inférieures. Le lambeau peut être lisse ou recouvert de rangées de dents fines.

Ce lambeau ressemble presque à ce que nous appelons une « langue ». Mais l’apparence est la seule similitude entre ces structures.

À toutes fins utiles, les «langues» de poisson sont anatomiquement et fonctionnellement différentes des vraies langues.

Les poissons ont-ils un organe appelé langue ?

Les poissons ont un organe qui regards comme une langue, mais il ne fonctionne pas comme tel. La « langue » d’un poisson est en fait appelée « basihyal ». C’est un petit lambeau qui repose sur le plancher de la bouche.

Il peut être situé au même endroit et ressembler beaucoup à une vraie langue, mais son anatomie et sa fonction ne pourraient pas être plus différentes.

Les langues ont des caractéristiques spécifiques. C’est un organe musculaire avec de multiples récepteurs gustatifs et une large gamme de mouvements. Les animaux utilisent principalement leur langue pour goûter la nourriture. La langue produit également de la salive et facilite la mastication et la déglutition. Un basihyal n’a aucune de ces caractéristiques.

Les basihyals sont des structures osseuses et une extension directe de la bouche interne inférieure du poisson. Basihyal peut être lisse ou couvert de rangées de dents fines en forme de poils. Étant donné que cet organe est principalement constitué d’os, il est très rigide par rapport à une langue.

Le basihyal d’un poisson manque généralement de récepteurs gustatifs, de sorte que le poisson ne peut pas l’utiliser pour goûter les aliments. Au lieu de cela, les récepteurs du goût se trouvent sur les parois internes de la bouche, sur les lèvres ou à l’extérieur de leur corps.

Le but des langues de poisson

Comme nous en avons discuté jusqu’à présent, le basihyal d’un poisson ne fonctionne pas comme une vraie langue. Qu’est-ce que ça fait, alors ? Pas mal de choses, en fait.

Les Basihyals accomplissent de nombreuses fonctions utiles, notamment :

Avaler

Les « langues » de poisson ne peuvent pas se déplacer dans plusieurs directions, mais elles sont bonnes pour une chose : elles peuvent reculer. Ils aident à pousser la nourriture à l’arrière de la bouche, permettant au poisson d’avaler sa proie.

S’accrocher à une proie

Cela est particulièrement vrai pour les basihyal avec des dents. Cet organe a une amplitude de mouvement limitée mais fonctionne bien pour piéger des proies.

Respiration

Les poissons traitent l’oxygène par leurs branchies. Mais ils absorbent d’abord l’eau riche en oxygène avec leur bouche. Lorsque le basihyal recule, il pousse l’eau douce à travers les branchies du poisson, complétant ainsi le cycle respiratoire.

Protéger l’aorte ventrale

L’aorte ventrale est un vaisseau sanguin important qui transporte le sang du cœur vers les branchies. Cet organe se trouve à côté du plancher de la bouche du poisson. Il est logique que les poissons aient une protection intégrée pour cet organe sensible.

Sinon, avaler des proies vivantes fougueuses peut s’avérer mortel. C’est là que le basihyal osseux entre en jeu. Il repose confortablement sur l’aorte ventrale, la protégeant des dommages.

Continuer la lecture:  Les poissons Betta mangent-ils des plantes aquatiques ?

La capacité du poisson à déguster des aliments

Comme tous les autres animaux, les poissons comptent sur leurs sens pour naviguer dans le monde. Le goût est une sensation corporelle cruciale qui aide les poissons à rechercher leur nourriture. La perception du goût permet également aux poissons de capter les produits chimiques nocifs pour l’environnement.

Étonnamment, les poissons ont une perception gustative très complexe. Ils peuvent goûter toutes les saveurs de base, y compris le salé, l’acide, l’amer, le sucré et l’umami (également connu sous le nom de salé). Les poissons peuvent même goûter la nourriture de loin avant même de la toucher. À quel point est-ce fou? Pas très fou une fois qu’on a appris comment les poissons goûtent les aliments…

Les poissons peuvent goûter grâce à des organes sensoriels microscopiques appelés « papilles gustatives ». Les papilles gustatives communiquent directement avec le cerveau. Lors de l’exposition à des produits chimiques, les papilles gustatives se déclenchent et envoient des signaux, alertant le cerveau sur le goût d’un aliment donné.

Et les poissons ont un nombre fou de papilles gustatives. Les poissons-chats, en particulier, ont un excellent sens du goût car ils peuvent avoir jusqu’à 600 000 papilles gustatives réparties dans tout leur corps ! Pour référence, les humains ont au total 2 000 à 8 000 papilles gustatives. Vous faites le calcul.

Mais contrairement aux humains et aux autres animaux, les poissons ont peu ou pas de papilles gustatives sur la langue. Ne vous inquiétez pas cependant, car leurs papilles gustatives abondent à plusieurs autres endroits, y compris en dehors de leur corps. C’est ainsi qu’ils peuvent goûter la nourriture avant de la manger.

Les papilles gustatives des poissons ont un nombre variable de papilles gustatives dispersées à différents endroits de leur corps, notamment :

  • Nageoires (surtout la queue)
  • Parois intérieures de la bouche
  • La lèvre supérieure
  • En dehors de la bouche
  • Branchies
  • Moustaches (chez les poissons qui en ont)

Malheureusement, comme les poissons ont des papilles gustatives en dehors de leur corps, la qualité de l’eau joue un rôle énorme dans leur perception du goût. Des facteurs tels que la température, les polluants de l’eau, la salinité et l’odeur des aliments peuvent modifier leur sens du goût et leurs préférences alimentaires.

pike fish mouth teeth

Exemples d’espèces de poissons qui ont des « langues »

La « langue » du poisson ou basihyal remplit des fonctions essentielles comme le transport de l’oxygène et la protection des vaisseaux sanguins sensibles dans la bouche du poisson.

Sans surprise, la plupart des poissons en ont un. Ces langues sont présentes chez les poissons sauvages et les animaux d’aquarium.

Voici quelques exemples :

  • Morue (genre Gadus)
  • Saumon (famille des salmonidés)
  • Baudroie (ordre des Lophiiformes)
  • Poisson clown (Amphiprion ocellaris)
  • Cichlidés (famille des cichlidés)
  • Poisson rouge (Carassius auratus)
  • Poisson Betta (Betta trifasciata)

En fait, il y a aussi tout un ordre de poissons appelés « Osteoglossiformes », dans lequel la « langue » est la plus visible. Le nom scientifique se traduit par « langues osseuses », ce qui ne pourrait pas être plus approprié !

Certains poissons de ce genre comprennent le poisson-papillon d’eau douce (Pantodon buchholzi), le poisson-couteau tacheté (Chitala orné) et le poisson à nez d’éléphant (Gnathonemus petersii).

D’autres animaux aquatiques, à savoir les invertébrés, n’ont pas de langue. Cela s’applique aux étoiles de mer, aux oursins, aux crevettes, aux crabes, aux homards, aux escargots, etc.

conclusion

Les poissons ont un organe ressemblant à une langue appelé « basihyal ». Cependant, cette structure est anatomiquement et fonctionnellement différente d’une vraie langue.

Les langues de poisson sont faites d’os et de cartilage, pas de muscle. Parfois, ils peuvent aussi être couverts de dents !

Au-delà de cela, les langues de poisson ont peu (voire pas) de récepteurs gustatifs. Ainsi, le basihyal n’aidera pas les poissons à goûter la nourriture.

Les fonctions principales de cet organe comprennent le transport de la nourriture et de l’oxygène à travers le corps du poisson et la protection des vaisseaux sanguins sensibles dans la bouche du poisson. Pratiquement tous les poissons ont cet organe, qu’il s’agisse de poissons sauvages ou d’animaux de compagnie d’aquarium.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *