Syndrome de Cushing chez le chat revue Pet Yolo

Cushing Syndrom Katze

L’obésité et l’épuisement peuvent indiquer le syndrome de Cushing chez les chats.

Votre chat a-t-il développé un gros ventre affaissé ou sa peau est-elle très sensible au toucher ? Tous ces éléments peuvent indiquer le syndrome de Cushing chez les chats. Découvrez pourquoi une visite chez le vétérinaire est inévitable si cela est suspecté et comment vous pouvez accompagner votre chat à travers la maladie de la meilleure façon possible.

Qu’est-ce que le syndrome de Cushing chez le chat ?

Avec le syndrome de Cushing, les glandes surrénales de votre chat produisent trop de cortisol, l’hormone du stress. Cela conduit à un excès de cortisol dans le corps.

Que se passe-t-il si Cushing n’est pas traité ?

Contrairement au syndrome de Cushing chez le chien, le syndrome de Cushing spontané (hyperadrénocorticisme spontané) chez le chat est moins fréquent. Cependant, comme la maladie de Cushing chez le chat n’est souvent découverte que très tardivement, de nombreux animaux atteints présentent une évolution sévère avec des complications.

S’il n’est pas traité, le syndrome de Cushing peut être mortel chez un chat, donc si des symptômes apparaissent, n’hésitez pas et consultez un vétérinaire.

Symptômes : Comment se manifeste le syndrome de Cushing chez le chat ?

Étant donné que l’hormone cortisol affecte de nombreuses parties du corps, le syndrome de Cushing peut se manifester chez les chats de différentes manières. Elle se manifeste généralement par les symptômes suivants :

  • état général perturbé
  • augmentation de la consommation d’alcool (polydipsie)
  • augmentation de la miction (polyurie)
  • augmentation de l’appétit et des envies
  • nettoyage fréquent
  • peau sensible avec déchirures et plaies non cicatrisantes (syndrome de la peau fragile)
  • La peau paraît plus fine et plus foncée
  • perte de cheveux (surtout sur le dos ou la queue)
  • fonte musculaire et faiblesse musculaire
  • La circonférence abdominale augmente (ventre suspendu)
  • gain de poids
  • rarement infestation d’acariens (démodécie)
Continuer la lecture:  Ce que vous devez savoir sur le contrat d'un éleveur de chats

L’augmentation des niveaux de cortisol associée au syndrome de Cushing affaiblit davantage le système immunitaire du chat. Cela rend la patte de velours plus sensible aux infections bactériennes et virales et aux maladies inflammatoires telles que la pancréatite. Au cours de la maladie, 80 % de tous les chats développent également un diabète sucré.

Quand dois-je aller chez le vétérinaire ?

Remarquez-vous l’un des symptômes décrits? Ensuite, emmenez votre chat chez le vétérinaire le plus tôt possible afin qu’un traitement approprié puisse être initié à temps.

Diagnostic : Comment diagnostique-t-on le syndrome de Cushing chez le chat ?

Le diagnostic du syndrome de Cushing n’est généralement pas facile. Afin de sécuriser le diagnostic, votre vétérinaire procède d’abord à un examen clinique général puis à divers examens particuliers. Une combinaison d’examen échographique et de tests de la fonction hormonale est considérée comme particulièrement efficace.

test sanguin

Un test sanguin est effectué car les valeurs sanguines changent généralement dans le syndrome de Cushing. Par exemple, l’enzyme hépatique phosphatase alcaline (ALP) est élevée chez 40 % des chats. Dans de nombreux cas, la concentration de cholestérol est également plus élevée que chez les chats en bonne santé.

examen échographique

Votre vétérinaire utilise cette procédure d’imagerie pour évaluer les structures des glandes surrénales. Il peut ainsi détecter des tumeurs dans les organes. L’élargissement d’une ou des deux glandes surrénales peut également être une indication du syndrome de Cushing. Le foie et les autres organes environnants sont également vérifiés pour des anomalies.

tests de la fonction hormonale

Divers tests de la fonction hormonale sont nécessaires pour diagnostiquer le syndrome de Cushing.

  • Urine Cortisol Creatinine Ratio (UCC): Votre vétérinaire mesurera la concentration de cortisol dans l’urine de votre chat. Un niveau élevé d’hormones indique le syndrome de Cushing. Cependant, le stress de la visite chez le vétérinaire peut entraîner une augmentation significative du CCU.
  • Test de suppression de la dexaméthasone à faible dose (LDDS): Votre vétérinaire utilisera une prise de sang pour vérifier la concentration normale de cortisol. Il administre ensuite un médicament semblable au cortisol à votre chat, ce qui entraîne une rétroaction négative chez les chats en bonne santé et réduit ainsi la libération d’ACTH et de cortisol. Cependant, si la concentration de cortisol reste élevée pendant une longue période, c’est une indication du syndrome de Cushing.
Continuer la lecture:  Pourquoi les chats chassent-ils leur queue ? - Pet Yolo

L’échographie et les tests de la fonction hormonale sont les meilleurs moyens de diagnostiquer le syndrome de Cushing.

Causes : comment un chat attrape-t-il le syndrome de Cushing ?

Les signes du syndrome de Cushing de votre chat sont le résultat d’une production anormalement élevée de cortisol, une hormone surrénalienne. Il y a généralement trois raisons à cela :

  • Hyperadrénocorticisme hypophysaire : les tumeurs hypophysaires avec élargissement bilatéral du cortex surrénalien sont responsables de 80 %. Ce sont généralement des adénomes bénins qui forment l’ACTH.
  • Hypercorticisme adrénergique : Dans 20 % des cas, les chats atteints du syndrome de Cushing ont des tumeurs dans le cortex surrénalien. Ceux-ci sont à 50 % bénins et à 50 % malins et forment du cortisol.
  • Iatrogène : Un traitement à long terme de votre chat avec des glucocorticoïdes et des progestatifs, par exemple des préparations à base de cortisone telles que la prednisolone ou la dexaméthasone, peut entraîner le développement du syndrome de Cushing.

Comment fonctionne normalement le cycle hormonal naturel ?

La glande pituitaire dans le cerveau de votre chat contrôle divers cycles hormonaux, y compris la production de cortisol. Si l’hypophyse antérieure libère l’hormone ACTH, cela stimule le cortex surrénalien pour produire le cortisol, l’hormone du stress.

Si trop de cortisol est libéré, une rétroaction négative automatique amène le cerveau à libérer à nouveau moins d’ACTH. C’est ainsi qu’un chat en bonne santé régule son taux de cortisol dans le sang.

Thérapie : que faire contre le syndrome de Cushing chez le chat ?

Le traitement efficace du syndrome de Cushing de votre chat dépend de la cause sous-jacente :

tumeur surrénalienne

Si votre chat a une tumeur surrénale, le vétérinaire peut retirer chirurgicalement la glande surrénale si la tumeur ne s’est pas propagée à d’autres organes. Après l’ablation d’une glande surrénale, l’autre glande surrénale remplace l’organe manquant. Si les deux glandes surrénales sont retirées, l’administration à vie de prednisolone et de fludrocortisone est nécessaire.

Si la chirurgie n’est pas possible, la chimiothérapie peut aider. Le médicament correspondant affaiblit la production de cortisol dans les glandes surrénales. Le médicament n’est approuvé que pour les chiens, mais votre vétérinaire peut le renommer et le prescrire à votre chat.

Syndrome de Cushing pituitaire

Si votre chat est atteint de la maladie de Cushing hypophysaire, un chirurgien expérimenté peut retirer la tumeur hypophysaire. Si la tumeur ne peut pas être enlevée, une chimiothérapie avec du trilostane peut aider. Vous devez alors emmener régulièrement votre chat malade chez le vétérinaire afin qu’il mesure le taux de cortisol dans le sang et ajuste la dose du médicament individuellement.

Complications du syndrome de la peau fragile

Si votre chat a des problèmes de peau avec des troubles de la cicatrisation et des déchirures de la peau avant l’opération, une cortisone avant l’opération garantit une bonne cicatrisation des plaies chirurgicales.

Continuer la lecture:  Pourquoi mon chat attaque-t-il mes pieds ? - Pet Yolo

Coûts : Combien coûtent les diagnostics et la thérapie ?

Les coûts dépendent des examens requis, des médicaments et des complications éventuelles. En raison des nombreux diagnostics et des médicaments à vie, le syndrome de Cushing est l’une des maladies les plus coûteuses chez les chats. Le coût total peut s’élever à plusieurs centaines d’euros.

Pronostic : Le syndrome de Cushing peut-il être guéri ?

Les chances de guérison du syndrome de Cushing du chat dépendent des symptômes et de la gravité de la maladie. Étant donné que les chats atteints du syndrome de Cushing sont souvent présentés tardivement chez le vétérinaire et en mauvais état général, de nombreux chats meurent peu de temps après ou doivent être euthanasiés.

Cependant, si le syndrome de Cushing chez le chat est reconnu et traité tôt, l’animal a un bon pronostic. Votre chat dépend alors généralement de contrôles hormonaux réguliers et de médicaments à vie, mais peut mener une vie heureuse avec de bons soins.

Prévention : le syndrome de Cushing chez le chat est-il évitable ?

Malheureusement, de nombreux cancers surviennent souvent spontanément et sont généralement inévitables. Cela s’applique également au syndrome de Cushing. Pour que votre chat ait assez de force pour le combattre en cas de maladie, soutenez au maximum sa santé.

La meilleure façon d’y parvenir est d’adopter une alimentation adaptée à l’espèce, des vaccinations régulières, un déparasitage, suffisamment d’exercice et d’éviter les facteurs de risque tels que le surpoids.

Sources:

  • Wilfried Kraft / Johannes Hirschberger : Maladies des petits animaux. Volume 1. Médecine interne, 3e édition, Ulmer 2000
  • Hans Lutz / Barbara Kohn / Franck Forterre (éd.) : Maladies des chats, 6e éd., Thieme 2019
  • R. Hämmerling / A. Rotermund / H. Hoppen : Pratique des maladies endocriniennes chez le chien et le chat, de la physiopathologie à la thérapie, 1ère éd., Enke 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *