Comment l’atrophie rétinienne progressive affecte les chats – Pet Yolo

retinal compressed

La dégénérescence ou atrophie progressive de la rétine a été reconnue pour la première fois au début du 20e siècle chez une race de chien exotique nommée Gordon Settlers. Depuis lors, il a été documenté et exposé par plus de 100 races mixtes mais n’a pas été très répandu chez les chats. Eh bien, à part le chat Abyssin qui semble avoir une prédilection inhabituelle pour le PRA.

Mais qu’est-ce que l’atrophie progressive de la rétine et comment affecte-t-elle les chats en général ? Jetons un coup d’œil rapide.

Atrophie rétinienne progressive et anatomie de l’œil

L’œil d’un chat est un organe assez délicat mais étonnamment durable. Comme l’organe optique d’un humain, il se compose de plusieurs couches intercalées qui font partie de la cornée. L’iris, qui est la partie colorée/pigmentée de l’œil, est à son tour responsable de laisser entrer moins ou plus de lumière selon les conditions environnementales dominantes. Il y a aussi la lentille qui «plie» et réfracte les rayons lumineux qui permettent l’acuité visuelle grâce à la mise au point.

Continuer la lecture:  Médicaments transdermiques chez les chats

D’autre part, les lignes de la rétine qui se trouvent dans la couche la plus interne de l’œil sont responsables de la conversion des rayons lumineux reçus en signaux électriques qui sont envoyés au cerveau via le nerf optique attaché. La rétine est notre principal domaine d’intérêt ici.

Comment la rétine de l’œil est affectée par la dégénérescence rétinienne progressive ?

La rétine est la partie la plus importante de l’œil d’un chat, qui reçoit les rayons de lumière qui sont rassemblés puis focalisés par toutes les autres parties de l’œil. Après cela, la rétine convertira les rayons lumineux en un signal nerveux électrique que le cerveau du chat pourra interpréter visuellement.

Pour son fonctionnement optimal, la rétine est constituée d’une myriade de photorécepteurs appelés cônes et bâtonnets. Ce sont les mêmes sous-structures qui permettent à votre chat de voir dans l’obscurité et de percevoir différentes couleurs.

Maintenant, c’est là que ça devient intéressant. Habituellement, les photorécepteurs de l’œil dans le lobe oculaire d’un chat se développeront dès la naissance jusqu’à ce que le chaton ait environ huit semaines. Cependant, à mesure que le chat vieillit dans les 12 à 16 mois, ces récepteurs peuvent dégénérer et, par conséquent, céder la place à PRA-Rdy ou Progressive Rod-Cone Degeneration. Habituellement, cela commence par des signes subtils de cécité nocturne avant de se détériorer jusqu’à la cécité totale après quelques années.

Premiers signes d’atrophie progressive de la rétine chez les chats

Continuer la lecture:  Pourquoi mon chat ne me câline-t-il pas ? Top 6 des raisons - Pet Yolo

Normalement, l’ARP est pratiquement indolore. Au contraire, il est difficile de déchiffrer si un chat souffre de dégénérescence progressive de la rétine simplement en le regardant. Attendez-vous à aucun des signes révélateurs habituels qui signifieront un problème optique sous-jacent – pas de déchirure excessive, pas de rougeur ou même de strabisme.

Au lieu de cela, faites plus attention aux changements soudains dans les comportements de votre félin. Par exemple, votre chat sera soudainement réticent à descendre un escalier et à éviter les couloirs sombres ou mal éclairés.

Une autre caractéristique de la cécité nocturne progressive est le brusque changement de personnalité du chat après le crépuscule. Votre chat préférera s’asseoir et se retirer dans la sécurité de sa boîte ou de son noyau au lieu d’oser rôder à l’extérieur.

Au fur et à mesure que la maladie progresse, il est possible d’observer une dilatation inhabituelle des pupilles de l’œil qui est suivie d’un miroitement/réflexion tout aussi inhabituel de la lumière provenant de l’arrière de l’œil. Au fur et à mesure que la situation s’aggrave, le cristallin peut devenir trouble et opaque, avant de céder la place à une cécité totale.

L’ARP chez le chat peut-elle être diagnostiquée ?

Selon la variante d’atrophie rétinienne progressive dont souffre votre ami félin, un simple examen ophtalmologique par le vétérinaire de votre animal peut révéler cette anomalie. Sinon, un processus plus avancé tel qu’une électrorétinographie approfondie sera utilisé pour exclure toute possibilité d’une PRA sous-jacente.

Continuer la lecture:  Prazosine pour chats : posologie, sécurité et effets secondaires - Pet Yolo

Le traitement de l’atrophie progressive de la rétine chez les chats

Malheureusement, il n’y a pas de traitement ou de remède immédiat pour l’ARP chez les chats. Il n’existe même pas de moyen de ralentir la progression de cette anomalie une fois qu’elle s’est installée. Heureusement, une majorité de races de chats, en particulier les Bengals, sont naturellement adaptables à ce type de cécité progressive.

Ils fonctionneront et agiront normalement dans leur maison/environnement habituel grâce à leur excellente mémoire. La cécité ne sera que plus prononcée si vous déménagez dans un nouveau quartier ou réorganisez les meubles de votre maison.

En conclusion, à l’heure actuelle, ce n’est pas un moyen de prévenir l’apparition de l’ARP car elle est principalement considérée comme une maladie génétique. Par conséquent, assurez-vous simplement que les parents ou les compagnons de portée du chat qui présente l’ARP ne sont pas élevés mais castrés/stérilisés pour empêcher d’autres chats de développer ce trouble.

A propos de l’auteur:

Erick Dimalanta est le fondateur du blindbengal – Un blog simple avec toutes sortes d’informations félines, des critiques et des tutoriels. Notamment en documentant les aventures de Xena, son chat bengal aveugle et sa soeur bengale Gabbi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *