Chat qui s’arrache les poils : causes et traitement – Pet Yolo

Cat Pulling Hair Out Feature

L’une des caractéristiques distinctives des chats est leur tendance naturelle à se toiletter soigneusement, en gardant leur pelage sans enchevêtrement, lisse et brillant en léchant et en mordillant leur propre pelage.

Parfois, cependant, cet auto-toilettage naturel peut aller trop loin, les Pet Yolomençant à se faire du mal en se toilettant excessivement, en s’arrachant les poils et en provoquant des zones de perte de poils.

Il existe un certain nombre de raisons possibles pour lesquelles cela peut se produire. En plus de s’inquiéter des zones de calvitie, les propriétaires s’inquiètent souvent de l’augmentation possible du risque de boules de poils résultant de l’ingestion de plus de poils lorsque le chat se toilette trop.

Cet article vise à expliquer les différentes causes possibles et à suggérer les mesures que les propriétaires de chats peuvent prendre pour s’assurer que leur animal cesse de se livrer à ce comportement dommageable.

Pourquoi mon chat s’arrache-t-il les poils ?

La raison la plus courante pour laquelle les Pet Yolomencent à s’arracher les poils est les démangeaisons de la peau du chat provoquées par l’une des nombreuses causes sous-jacentes possibles.

Les raisons les plus courantes à cela sont énumérées ci-dessous.

  • Infestations de parasites externes, y compris les puces et les acariens Demodex ou Cheyletiella (gale)
  • La teigne, également connue sous le nom de dermatophytose
  • Allergies ou réactions aux aliments
  • Allergies environnementales, également appelées atopie féline ou dermatite atopique
  • Infections cutanées ajoutant une complication aux allergies
  • Conditions médicales sous-jacentes telles que l’hyperthyroïdie féline et autres

Si ces causes courantes ont été exclues, la cause la plus probable est généralement une condition connue sous le nom d’alopécie psychogène féline, qui est un type de comportement répétitif et compulsif lié au stress.

Comment faire pour que votre chat arrête de s’arracher les poils ?

Il est important de consulter votre vétérinaire DVM local pour établir un diagnostic précis de la raison pour laquelle votre chat s’arrache la fourrure. Le processus de diagnostic peut comprendre les étapes suivantes.

1. Prise d’historique détaillée

Votre vétérinaire voudra connaître les réponses aux questions sur les antécédents et les antécédents de votre chat en matière d’arrachage de poils.

Les questions peuvent inclure :

  • Depuis combien de temps votre chat s’arrache-t-il les poils ?
  • Votre chat passe-t-il visiblement plus de temps à se toiletter ?
  • Quelles parties de son corps sont principalement touchées ?
  • Quel âge a-t-elle?
  • Quel est son mode de vie : à l’intérieur seulement, ou à l’intérieur et à l’extérieur ? Partage-t-elle sa maison avec d’autres animaux, par exemple d’autres chats ou chiens ? Si oui, ont-ils des démangeaisons ?
  • A-t-il eu des contacts avec d’autres chats de l’extérieur de votre maison (comme un centre de sauvetage, une chatterie en pension, etc.) ?
  • Y a-t-il des humains dans la maison qui souffrent de démangeaisons ou d’éruptions cutanées ? Y a-t-il des changements dans sa maison, par exemple une nouvelle literie, des tapis, des meubles, des produits de nettoyage, des aérosols (tels que des vaporisateurs d’ambiance) ou de la fumée de cigarette ?
  • A-t-elle commencé un nouveau régime récemment ?
  • A-t-elle déjà été testée pour le FIV et le FeLV ?
  • A-t-elle été traitée récemment avec des médicaments antiparasitaires ?
  • Quelqu’un a-t-il vu quelque chose bouger dans son manteau ?
  • Y a-t-il d’autres signes de maladie chez votre chat (comme des troubles gastro-intestinaux, des éternuements, de la toux, une soif accrue, des accidents urinaires à l’intérieur, etc.) ?
  • Y a-t-il d’autres changements de comportement (tels que l’ennui, l’agitation accrue, l’agressivité, la peur, etc.) ?
Continuer la lecture:  Qu'est-ce qui appartient à la pharmacie pour chats? Un guide | revue Pet Yolo

2. Examen physique

Votre vétérinaire examinera attentivement votre chat, en notant précisément d’où les poils ont été tirés, en recherchant des signes physiques de parasites tels que des puces ou des acariens, et en vérifiant d’autres signes de maladie de la peau tels que des piqûres de puces, des éruptions cutanées, des papules, des poils cassés. , etc.

3. Tests de la peau et du pelage

Un certain nombre de tests de la peau et du pelage peuvent être effectués par votre vétérinaire pour écarter les problèmes sous-jacents pouvant causer des démangeaisons pouvant amener le chat à s’arracher les poils, notamment :

  • Enduire les brossages pour vérifier la présence de puces, de poux ou de cheyletiella
  • Des écorchures de peau pour vérifier la présence d’acariens au microscope
  • Bandes de ruban d’acétate pour vérifier les causes possibles, y compris les œufs, les levures et les infections fongiques, les infections bactériennes et d’autres aspects microbiologiques
  • Examen du chat sous une lampe ultraviolette « Woods » pour vérifier la fluorescence qui pourrait suggérer la teigne (dermatophytose).
  • Épilation des cheveux connue sous le nom de « trichoscopie » (examen des poils au microscope). Ceci est utilisé pour identifier les poils qui ont été endommagés par le chat qui les tire, et il est utilisé pour exclure les causes de l’alopécie où les poils tombent sans être arrachés (dans de tels cas, aucun poil endommagé ne sera vu).

4. Échantillons de sang et d’urine

Des profils biochimiques et hématologiques de routine et une analyse d’urine peuvent être effectués pour exclure les problèmes médicaux généraux sous-jacents, notamment les maladies du foie et des reins, l’hyperadrénocorticisme (maladie de Cushing) et le diabète sucré.

Des tests supplémentaires, tels que des mesures de la T4 totale, peuvent être effectués pour vérifier l’hyperthyroïdie, et le dépistage de virus tels que le virus de la leucémie féline (FeLV) et le virus de l’immunodéficience féline (FIV) peut être recommandé.

5. Traitement de routine contre les puces

L’allergie aux puces est très courante, des études ont montré que jusqu’à 70 % des chats qui sont référés à des dermatologues vétérinaires pour des démangeaisons se rétablissent complètement après l’application d’un traitement approfondi contre les puces, même lorsqu’il n’y a aucune preuve physique de la présence de puces.

Continuer la lecture:  Comment Aider un Chiot Qui Ne Mange Pas - Pet Yolo

Pour cette raison, un traitement approfondi contre les puces est souvent recommandé, y compris le traitement de tous les animaux de la maison avec un parasiticide efficace (spot on, spray ou oral) ainsi que le traitement de la maison avec un spray environnemental efficace pour arrêter toute puce. œufs de se développer en jeunes puces.

6. Essai alimentaire

Les démangeaisons cutanées peuvent être observées chez les Pet Yolome une réaction de type allergique à une protéine contenue dans les aliments. La seule façon d’exclure efficacement cela est de placer un chat dans un essai alimentaire spécifique pendant 6 à 8 semaines, en lui offrant uniquement un régime hypoallergénique de type vétérinaire qui ne contient pas de protéines capables de provoquer des démangeaisons de type allergique.

Si cet essai est terminé et que le chat s’arrache toujours les cheveux, il est très peu probable que la cause soit liée à quelque chose dans l’alimentation.

Lire la suite : La meilleure nourriture pour chat hypoallergénique

7. Biopsie de la peau

Une fois que les parasites, les allergies alimentaires et les autres maladies sous-jacentes ont été complètement éliminés, l’étape suivante consiste souvent à effectuer une biopsie cutanée, en prélevant de petits échantillons de peau dans les zones où le chat s’est arraché les poils.

Si les biopsies montrent des changements tels qu’une inflammation, cela peut suggérer qu’il existe encore une cause sous-jacente d’irritation, alors que s’il n’y a pas de tels changements, la cause est plus susceptible d’être comportementale, comme dans l’alopécie psychogène féline.

8. Tests d’allergie

Si une dermatite atopique (réaction allergique à des allergènes environnementaux tels que les pollens ou les acariens) est suspectée, des tests d’allergie peuvent être recommandés.

9. Traitement d’essai avec des médicaments anti-inflammatoires

Parfois, les vétérinaires peuvent suggérer un traitement anti-inflammatoire d’essai (par exemple à l’aide de corticoïdes) pendant quelques semaines. S’il existe une cause sous-jacente de démangeaisons telle qu’une réaction allergique telle que l’atopie (allergies aux allergènes environnementaux tels que les pollens ou les acariens), l’état du chat s’améliorera, alors que si la cause est l’alopécie psychogène féline, le traitement est peu susceptible de faire un différence significative.

Traitement pour chat qui s’arrache les poils

Après avoir terminé le processus d’enquête décrit ci-dessus, votre vétérinaire atteindra l’un des deux résultats possibles, chacun nécessitant une approche de traitement différente.

  1. Un diagnostic peut avoir été posé d’une cause sous-jacente de démangeaisons qui pousse le chat à s’arracher les cheveux. Dans de tels cas, le traitement vise à s’attaquer à cette cause sous-jacente, par exemple un traitement antiparasitaire, un traitement antibactérien, un traitement antifongique et/ou un traitement anti-inflammatoire.
  2. Si toutes les causes sous-jacentes possibles des démangeaisons ont été exclues, le diagnostic probable restant est la dermatite psychogène féline, qui nécessite une approche thérapeutique différente.
Continuer la lecture:  Soins dentaires chez les chats | revue Pet Yolo

Qu’est-ce que l’alopécie psychogène féline ?

L’alopécie psychogène féline décrit une condition dans laquelle un chat commence à s’arracher les cheveux en l’absence de cause sous-jacente identifiable. En termes simples, le chat se toilette excessivement et s’arrache les cheveux, simplement parce qu’il veut le faire.

Chez les chats en bonne santé, le toilettage est une réaction normale à un incident stressant (si un chat est dérangé de quelque manière que ce soit, il s’éloignera souvent, trouvera un endroit paisible, puis commencera à se toiletter).

Il est théorisé que le toilettage dans de tels cas peut conduire à la libération d’endorphines naturelles, donnant aux chats un sentiment de calme. Si un chat est trop stressé, cela peut alors conduire à un toilettage excessif, presque comme un type de comportement addictif pour une poussée d’endorphine répétée, ce qui peut à son tour entraîner l’arrachage des poils et des plaques chauves.

L’alopécie psychogène féline est plus souvent observée dans les foyers multi-chats et chez les chats d’intérieur, et elle est plus fréquente chez certaines races telles que les siamois et d’autres races orientales. En règle générale, les poils sont retirés de la face inférieure de l’abdomen, de la région de l’aine et de la face supérieure du chat devant la zone de la queue. D’autres parties du corps, y compris les pattes antérieures, peuvent également être impliquées.

Traitement de l’alopécie psychogène féline

Cette condition est liée au fait que les chats se sentent stressés et se toilettent de manière excessive pour essayer de gérer ce stress. Le traitement vise donc à trouver un moyen de réduire le stress et de faciliter la gestion du stress par les chats affectés.

1. Réduire le stress

  • Effectuez un examen de l’environnement du chat, en identifiant et en résolvant les zones de stress (par exemple, trop de chats dans une zone, conflit entre chats, un nouvel animal de compagnie, un nouveau bébé, l’ennui, etc.)
  • Enrichir l’environnement (par exemple, plus d’interactions avec le soignant, des jouets plus nombreux et différents, des arbres à chat, etc.)
  • Consultez un comportementaliste félin pour un examen complet de la vie et de l’environnement du chat

2. Aidez le chat à faire face au stress

  • Les produits à base de phéromones (par exemple les diffuseurs Feliway) peuvent aider à réduire l’anxiété.
  • La clomipramine et la fluoxétine sont des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) qui peuvent être recommandés par votre vétérinaire pour influencer le comportement du chat en modifiant sa réponse au stress. L’amitriptyline est un antidépresseur tricyclique et un antihistaminique qui peut parfois être proposé. Tous ces produits doivent être utilisés avec précaution, uniquement sous surveillance vétérinaire étroite, car une utilisation inappropriée peut être dangereuse.

Conclusion

Un toilettage excessif peut amener un chat à s’arracher les cheveux, provoquant des zones de perte de cheveux et de calvitie. Il est important dans de tels cas de consulter un vétérinaire afin que la cause du toilettage excessif puisse être identifiée et traitée correctement.

Author

  • Pet Yolo

    Nous vous apportons les dernières nouvelles et des conseils sur les soins à apporter à vos animaux de compagnie, y compris des conseils sur la façon de les garder en bonne santé et heureux.

    Voir toutes les publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *