Calicivirus chez les chats : causes, symptômes et traitement – Pet Yolo

Feline calicivirus

Le calicivirus félin (FCV) est une infection virale courante chez les chats domestiques. Le virus provoque une maladie des voies respiratoires supérieures qui ressemble souvent étroitement à la rhinotrachéite virale féline (FVR), et les deux virus peuvent provoquer le syndrome connu sous le nom de « grippe du chat », avec une inflammation généralisée des voies respiratoires supérieures et des yeux, entraînant des éternuements, des pertes oculaires bilatérales, une température élevée, une matité et une inappétence.

Bien que la plupart des chats finissent par se rétablir, des décès surviennent et de nombreux chats récupérés deviennent des porteurs chroniques du virus. Les vaccins administrés aux chatons, avec des rappels plus tard dans la vie si nécessaire, garantissent que le FCV est généralement contrôlé efficacement chez les chats de compagnie. Les colonies de chats sauvages peuvent souffrir de graves problèmes à cause du virus. Il existe près d’une cinquantaine de souches de calicivirus félin, provoquant des maladies de virulence et de gravité variables.

Aperçu rapide : Calicivirus chez les chats

Autres noms : FCV Symptômes courants : Ulcères dans la bouche (lèvres, langue, etc.) provoquant souvent une bave et un manque d’appétit, une conjonctivite, un écoulement oculaire, des éternuements, un écoulement nasal, de la fièvre, une léthargie, une toux, des difficultés respiratoires, une inflammation des articulations. Diagnostic : test de réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour le virus, vérification des titres d’anticorps FCV, analyses sanguines générales, radiographies de la congestion ou de la toux. Parfois, sédation pour rechercher et prélever des lésions dans la bouche. Diagnostiqué chez les chats : Nécessite fréquemment une médication continue : Aucun vaccin disponible : Oui. Le vaccin combiné rhinotrachéite virale féline, calicivirus et panleucopénie (FVRCP). Le vaccin est commencé vers l’âge de 9 semaines et à nouveau rappelé à l’âge de 12 et 15-16 semaines. Après un rappel annuel, il peut ensuite être renouvelé tous les 3 ans. Options de traitement : le traitement est basé sur les signes visibles et peut inclure des gouttes pour les yeux, des anti-inflammatoires, des analgésiques, des antibiotiques si une infection bactérienne est également présente et une thérapie liquidienne pour la déshydratation. Remèdes à la maison : Garder un chat malade de congestion dans une salle de bain humide pendant 15 à 20 minutes pour desserrer la congestion. Réchauffer les aliments au micro-ondes pour libérer l’arôme, si l’odorat et le goût sont réduits. À l’aide d’un gant de toilette chaud et humide, retirez délicatement les sécrétions oculaires et nasales.

Transmission du calicivirus félin

Continuer la lecture:  Anémie chez les chats : causes, symptômes et traitement - Pet Yolo

Le calicivirus félin est excrété par les chats infectés principalement dans les sécrétions des yeux, du nez et de la bouche, et il peut également être trouvé dans le sang, l’urine et les matières fécales. Les chats peuvent être infectés par contact direct de chat à chat (les gouttelettes peuvent transporter le virus sur une distance allant jusqu’à 1,5 m) et également via des fomites (par exemple, bols de nourriture, bols d’eau, bacs à litière, etc.).

Un nettoyage et une désinfection soigneux sont importants lors du traitement des chats infectés pour éviter la transmission accidentelle du virus.

Symptômes du calicivirus

Les signes cliniques de l’infection par le calicivirus félin varient d’un chat à l’autre, des porteurs asymptomatiques à divers degrés de maladie des voies respiratoires supérieures (de légère à sévère). Rarement, la maladie peut même être mortelle.

La forme aiguë de la maladie provoque généralement des signes typiques des voies respiratoires supérieures, notamment un écoulement nasal et des éternuements, ainsi qu’une conjonctivite et un écoulement oculaire. De nombreux chats développent des ulcérations distinctives sur la langue, les gencives, le palais dur (toit de la bouche) et les lèvres. La pyrexie, la matité et l’inappétence sont couramment observées.

Dans certains cas, une pneumonie peut se développer, accompagnée de toux et de difficultés respiratoires. Moins fréquemment, la boiterie peut survenir en raison de l’implication des articulations. Des souches plus virulentes de FCV peuvent provoquer d’autres signes graves, notamment la jaunisse, un œdème de la tête et des membres et des ulcérations ailleurs sur le corps.

Certains chats développent les signes chroniques (à long terme) de la maladie, qui peuvent inclure la gingivite et les polypes nasopharyngés, ainsi que l’excrétion du virus à long terme. Environ 80 % des chats qui guérissent du FCV deviennent des porteurs chroniques du virus.

Continuer la lecture:  Ocicat (Chat): Élevage, Caractère & Soins | Pet Yolo

Traitement des calicivirus

En théorie, un traitement antiviral (tel que l’interféron ou l’immunoglobuline) peut être administré, mais en pratique, il est rarement utilisé.

Au lieu de cela, l’accent est mis sur la thérapie de soutien, gardant les chats affectés à l’aise pendant que le propre système immunitaire du chat traite le virus.

  • Ce traitement de soutien peut inclure des soins infirmiers généraux, des antibiotiques pour contrôler une infection bactérienne secondaire, des gouttes nasales de phényléphrine comme décongestionnant, des fluides intraveineux pour combattre la déshydratation et un soutien nutritionnel.
  • Les chats affectés perdent souvent leur odorat, ce qui entraîne une perte de goût simultanée. Il est donc utile de proposer des aliments très appétissants avec une odeur forte et attrayante, en réchauffant les aliments au micro-ondes pour les rendre plus attrayants.
  • Le nettoyage des sécrétions des yeux et des narines plusieurs fois par jour est important, en utilisant du coton imbibé d’eau tiède. Il peut être utile d’ajouter 1 cuillerée à thé de sel à 1 litre d’eau.

La plupart des chats (mais pas tous) se remettent progressivement de la phase aiguë et active de la maladie sur une période de 7 à 10 jours.

Vaccin contre le calicivirus

Une vaccination efficace contre le FCV est disponible : elle fait partie du vaccin FVRCP de routine administré aux chatons, les chats adultes recevant des rappels réguliers à des intervalles adaptés à leur mode de vie. En général, la primo-série de vaccinations contre la FVRCP doit être administrée à tous les chatons et chats.

Les chats adultes d’intérieur peuvent recevoir des vaccins de rappel tous les trois ans pour maintenir une immunité minimale. Les chats qui sortent, se mêlent à d’autres chats, ou les chats qui fréquentent des pensions ou des expositions, peuvent recevoir une vaccination de rappel annuelle, mais c’est un sujet à discuter avec votre propre vétérinaire. Les vaccinations doivent être administrées à des intervalles basés sur une évaluation individuelle des risques pour chaque patient.

Les conseils actuels du groupe scientifique de l’American Association of Feline Practitioners (AAFP) recommandent que la première dose de vaccin soit administrée à l’âge de 9 semaines, une deuxième dose à 12 semaines et une troisième dose à 16 semaines. Une vaccination de rappel doit alors être administrée un an plus tard, suivie de rappels supplémentaires tous les trois ans.

Continuer la lecture:  Le Python Sanglant - Pet Yolo

Ces recommandations sont basées sur un chat « moyen », et il vaut toujours la peine de discuter des besoins de votre propre chat avec votre propre vétérinaire.

Conclusion

Avec la rhinotrachéite virale féline (FVR), le calicivirus félin (FCV) est l’une des infections virales les plus courantes chez les chats, l’un ou les deux virus provoquant le syndrome connu sous le nom de « grippe du chat ». La maladie peut être prévenue par des vaccins qui doivent être administrés à tous les chatons et aux chats adultes au besoin en fonction de leur risque individuel.

Questions fréquemment posées

Le calicivirus chez les chats peut-il être guéri?

Le taux de mortalité par infection à calicivirus félin est faible, mais malheureusement, la maladie est mortelle dans certains cas individuels. La plupart des chats se rétablissent complètement de la forme aiguë de la maladie, mais même dans ce cas, le virus n’est souvent pas entièrement éliminé de l’organisme. Il est courant que les chats souffrent de maladies chroniques de bas grade (telles que la gingivostomie) et deviennent des excréteurs chroniques du virus.

Qu’est-ce qui tue le calicivirus ?

Il n’existe aucun médicament efficace qui tue le calicivirus dans le corps vivant. Le virus peut également être difficile à tuer dans l’environnement, survivant jusqu’à un mois sur les surfaces. Des désinfectants spécifiques (tels que l’eau de Javel ou le dioxyde de chlore) doivent être utilisés pour nettoyer les zones qui ont été en contact avec des chats infectés.

Le calicivirus est-il mortel ?

Bien que la plupart des chats se rétablissent d’une infection à calicivirus, celle-ci peut être mortelle, en particulier chez les animaux dont le système immunitaire est plus faible, comme les chatons ou les chats immunodéprimés (par exemple, ceux atteints du FIV). De plus, il existe des souches plus virulentes qui ont une mortalité supérieure à 50 %, même chez les chats adultes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *